July 24, 2017

Vœux 2016 de Toulon @ Venir

Mesdames et Messieurs les représentants de la vie associative de l’aire toulonnaise,
Mesdames et Messieurs les acteurs du monde de l’éducation, de la santé, de la vie économique et sociale,
Mesdames et Messieurs les représentants des CIL et de toutes les structures qui enrichissent la Démocratie Représentative, Républicaine et Laïque qui est la nôtre,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les journalistes,
Mesdames, Messieurs, chers adhérents de Toulon @Venir, et je suis heureux de pouvoir le dire en ces temps où la fraternité est plus que jamais nécessaire : chers amis !

Merci  à  vous  toutes  et  à  vous  tous  d’avoir,  une  nouvelle  fois,  répondu aussi nombreux à notre invitation pour partager avec nous ce moment convivial.

Les vœux sont traditionnellement l’occasion de dresser le bilan de l’action de l’année passée et surtout de présenter les perspectives à venir pour l’année qui débute.

Permettez-moi ce soir de ne pas revenir sur les attentats de Janvier et de Novembre 2015, ils ont été commentés par les observateurs à de nombreuses reprises et les solutions pour éviter le pire demain ne sont ni simplistes ni du ressort de militants associatifs.

En revanche, notre association menant depuis 7 ans maintenant des combats sur les grands dossiers de Toulon et de son agglomération, il me semble particulièrement important, au delà de notre action, de revenir sur le contexte local dans lequel nous évoluons et sur les évolutions politiques qu’a connu notre territoire au cours de l’année 2015.

2015 : un déséquilibre politique préjudiciable à l’avenir de notre territoire

D’un point de vue factuel et en dehors de toute considération partisane, ce que notre association s’est toujours efforcée de faire, 2015 aura été une année de véritable changement politique au niveau local, qui fait suite à une précédente année de transition en 2014.

En effet, suite aux élections régionales de 2015 et aux élections départementales de 2014, la répartition actuelle des forces politiques au sein du Conseil Départemental et du Conseil Régional est devenue quasiment mono-colore. Ce n’est jamais bon signe pour la vitalité de la démocratie d’un territoire, que ce soit à Gauche ou à Droite, en particulier quand une force disparaît totalement du paysage politique. Aujourd’hui environ 30% des électeurs, en particulier parmi les progressistes, ne sont en effet plus du tout représentés ni à la Région, ni au Département. Nous ne pouvons que le regretter en tant qu’association citoyenne.

Les conséquences de cette nouvelle répartition institutionnelle sont multiples et les effets ne tarderons pas à se faire sentir dans le quotidien des habitants.

La première conséquence de cette nouvelle répartition politique est bien évidemment la réduction de la pluralité des opinions et des sensibilités défendues par les forces politiques, Une assemblée sans opposition diversifiée, ne serait-ce que minimaliste, est donc une grande perte pour la démocratie, en termes de propositions, et projets, de débat et de contre-pouvoir. Or ce sont dans les assemblées que se décident les grands projets d’avenir !

La seconde conséquence, et c’est sans doute la plus inquiétante dans le climat actuel, est que se profile dans la région PACA un alignement idéologique entre la droite et l’extrême droite sur la réduction budgétaire sous toutes ses formes.

Sur ce sujet, je tiens à rappeler la position de notre association :

  • Concernant les budgets de fonctionnement : nous sommes favorables à une limitation des dépenses de fonctionnement, à condition de respecter les missions de proximité des collectivités concernées. A ce titre et pour coller à l’actualité récente, la suppression des antennes du Conseil Régional est une erreur qui conduira à isoler un peu plus les politiques des citoyens.
  • Concernant les budgets d’investissement, nous considérons, en tant qu’association citoyenne, que l’avenir de nos territoires se prépare aujourd’hui en investissant dans des projets structurants à l’échelle de l’agglomération, du département ou de la région. C’est dans cet esprit de construction de notre territoire que nous avons toujours œuvré et que nous continuerons à la faire !

Or c’est justement l’inverse qui se profile, avec une course à la réduction budgétaire sous toutes ses formes et en particulier sur l’investissement.

Un petit retour historique s’impose pour mieux en percevoir les conséquences : cette course a dans le Var été initiée par le Front National à Toulon entre 1995 et 2001. Et le Front National n’a pas ruiné les finances de la ville de Toulon comme le clame Hubert Falco régulièrement. Non, le Front National n’a rien fait pendant 6 ans : et ne rien faire, ça ne coute rien ! Personne n’est ruiné à court terme par l’immobilisme, c’est sur le long terme que cela se paie et nous le payons encore aujourd’hui.

Tout aurait pu changer en 2001, le problème de notre ville et de notre agglomération, c’est que depuis 14 ans, notre maire s’est en quelque sorte aligné sur le projet du Front National en reprenant comme ligne politique la limitation au strict minimum des investissements. Les exemples sont nombreux :

  • Où est la réhabilitation globale de notre centre ancien prévue en 2006, il y a 10 ans déjà et qui devait être terminée en 2009, faisant du centre ville une destination touristique phare.
  • Où est le tramway qui devait devenir l’épine dorsale de notre agglomération et relier le Pôle Mer à l’Université ?
  • Où est l’aménagement du port prévu en 2001, avec des attractions touristiques de classe internationale ?
  • Qu’est devenu le grand concours international d’architecture qui devait transformer notre ville en 2003, et qui a couté 700.000€ au contribuable ?
  • Où est l’attractivité de notre territoire ? Hier encore a été annoncée par l’INSEE pour 2015 une perte de 1000 habitants sur une année, et de 3000 habitants sur 5 ans. Mais bien entendu et comme d’habitude, l’INSEE a tort…

Finalement en 14 ans, si l’on se retourne, le bilan en terme d’investissement dans des infrastructures structurantes n’est pas nul, mais il est faible : le stade Léo Lagrange, le Pôle Mer, mais en étant honnête, celui-ci nous a en grande partie échappé au profit de Marseille et maintenant de Montpellier. Et il y aura bientôt espérons-le Chalucet, seul véritable projet structurant d’envergure pour Toulon depuis 20 ans.

Pendant ce temps, coté fonctionnement la masse salariale de la Mairie de Toulon est toujours très élevée, et elle est régulièrement pointée par les rapports de la Cour des Comptes.

Jusqu’ici ce problème d’ambition ne concernait que Toulon et l’agglomération toulonnaise, mais la nouveauté de ce début d’année 2016, c’est que l’intégrisme de la réduction budgétaire à tout prix semble aussi déteindre sur Christian Estrosi.

Ce n’est pourtant pas sa manière de faire habituellement, il même souvent critiqué pour le contraire : mais force est de constater qu’il a doté Nice, et il faut le souligner, d’aménagements dignes d’une métropole :

  • un stade superbe,
  • deux lignes de tramway, dont la première est un succès flamboyant,
  • la mise en chantier pour 2017 d’un Parc des Expos de 75.000 m² pour concurrencer Barcelone et Milan,
  • la création d’un réseau RER entre Nice et Cannes et j’en passe…

Espérons donc que ce jeu du sacrifice des investissements au profit du fonctionnement ne soit pas la nouvelle politique de la Région, ce qui hypothéquerait un peu plus l’avenir de nos territoires et rendrait notre action encore plus compliquée.

Une année 2016 charnière pour plusieurs grands projets :

Chers amis, c’est dans ce contexte difficile que nous devons mener notre action.

Il est certain que la disparition provisoire de certaines forces de l’échiquier politique régional et départemental va réduire la quantité et la qualité des débats au seins des assemblée des Conseils Général et Régional, échanges pourtant nécessaires, en particulier sur les grands projets.

Le rôle d’une association citoyenne comme Toulon @venir est donc indirectement renforcé dans ce contexte, car nous devons donc assumer plus que jamais un rôle de lanceur d’alertes sur les grands dossiers et de force de proposition pour l’avenir de Toulon et de l’agglomération toulonnaise.

C’est pour toutes ces raisons que nous continuerons en 2016 le combat que nous menons depuis 8 ans, afin de faire de notre belle ville de Toulon, et de son agglomération une métropole dynamique !

A ce titre, nous continuerons à travailler avec les associations que nous soutenons et qui nous soutiennent sur les dossiers phare d’aménagement du territoire.

  • Sur la question du tramway, nous allons continuer en 2016 à nous battre pour que soient enfin respectés les engagements pris par les élus en 2001 et 2005, soit il y a plus de 10 ans, engagements qui se sont traduites par 220 M€ de prélèvements sur les salaires entre 2004 et aujourd’hui ! Cet argent à servi, rappelons le à construire des infrastructures pour un tramway, et à exproprier 700 familles !

    Remettre en question ce dossier, alors que toutes les études montrent qu’il est indispensable, ne sera jamais envisageable, tant sur le fond que sur la forme juridique. Nous avions il y a 6 ans que l’abandon du tramway conduirait à un bourbier juridique, nous sommes aujourd’hui les deux pieds dedans, à notre plus grand regret, car un tramway aurait pu circuler depuis 5 ans au moins dans notre agglomération, pour le plus grand bonheur des habitants et des commerçants !

    Sur ce dossier du tramway, il ne passe plus grand chose en ce moment, mais se préparent un nouveau Plan de Déplacement Urbain et sans doute une nouvelle Déclaration d’Utilité Publique que nous appuierons si ils vont dans le sens du tramway, et que nous combattrons dans le cas contraire, avec la plus grande fermeté.

  • Le tramway n’est pas le seul sujet d’inquiétude au niveau des déplacements urbains. Depuis l’ouverture du tunnel et comme nous l’avions annoncé avant son ouverture, la circulation est devenue très compliquée sur l’autoroute, avec des bouchons conséquents chaque jour, et surtout en constante augmentation.

    De plus, la vie a également été perturbée dans les quartiers qui deviennent des alternatives à l’autoroute !

    Pour toute ces raisons, l’élargissement à 3 voies de l’autoroute est une priorité et nous ne comprenons pas pourquoi il n’a pas été fait alors qu’il apparaissait dans les documents d’urbanisme comme nécessaire depuis… 1983, soit il y a plus de 30 ans !

    Nous communiquerons dans les prochaines semaines sur les raisons de ces retards, sur les perspectives et de ce qui pourrait faire évoluer favorablement cette situation.

  • Autre point concernant à la fois le développement économique et la circulation, l’ouverture prochaine du centre commercial de Château Redon à la Valette.

    Nous avons obtenus sur ce dossier de nombreux éléments qui ne nous incitent pas à l’optimisme. Avant l’ouverture du site, la circulation est déjà complètement saturée aux heures de pointe autour du futur centre commercial. De nombreux commerces ont fermé, D’autres sont en grand danger en raison de l’impossibilité de circuler dans la zone. Au final c’est l’ensemble de la viabilité économique du projet qui pourrait être remis en cause faute d’avoir prévu des zones de circulations adéquates.

    Or les prévisions font état de 5400 véhicules supplémentaires sur la zone en semaine et de 8000 véhicules supplémentaires le samedi ! Personne ne sait à ce jour comment cette augmentation sera absorbée dans la mesure où l’Avenue de l’Université qui constituait un axe majeur de déplacement a été supprimée et n’a pas été véritablement compensée !

    Nous reviendrons sur ce dossier très prochainement avec une étude complète et chiffrée qui sortira avant l’ouverture du centre commercial.

    Le même type d’étude suivra sur la partie Ouest de Toulon, une fois que la technopole de la Mer sera véritablement en activité, ce qui n’est pas aujourd’hui le cas, les transferts d’activités n’ayant pas été terminés.

  • Sur la question de la réhabilitation du centre ancien, nous suivrons avec intérêt le premier bilan du Monoprix de la Bourse du Travail, qui sera un indicateur intéressant sur le potentiel de cette zone. Nous suivrons également l’ensemble des projets relatifs à cette zone, et nous sommes plus que jamais à votre écoute pour avoir vos remontées issues du terrain.

Voila pour les dossiers principaux sur lesquels nous sommes particulièrement attentifs et sur lesquels nous avons un véritable rôle de lanceur d’alerte à jouer.

Au delà de ce rôle de lanceur d’alerte, nous avons également un rôle plus prospectif à jouer. Vous nous aviez fait part de votre souhait d’imaginer notre ville et notre agglomération dans le futur : c’est le sens de la démarche « Toulon : 2030, le Toulon de nos enfants » qui a été lancée fin 2015 et qui nous occupera en 2016.

Nous avons donc décidé de nous engager dans ce lourd travail en 3 volets :

  • Le premier volet qui a débuté en Décembre 2015 est un volet historique qui se déclinera en 3 conférences-débat. La première a eu lieu en présence de M. Marmottans et portait sur l’histoire générale de notre ville. La seconde réunion portera sur Toulon et l’agglomération au XXe siècle, et la dernière portera sur l’histoire de Toulon vue par des toulonnais, M. Alexandre BRIANO, M. Charles BOTTARELLI et M. Gilbert DAUMAS, auteurs de plusieurs ouvrages sur Toulon, son agglomération et ses environs.
  • Nous vous proposerons dans un deuxième temps de travailler avec des sociologues, des économistes et des urbanistesafin de comprendre les besoins de notre ville en prenant en compte ce qu’elle est aujourd’hui et ce qu’elle pourrait être de par ses atouts géographiques et sociologiques.
  • Enfin dans un troisième temps, nous vous proposerons de contribuer à l’élaboration de propositions sur la base des travaux menés précédemment, en laissant libre cours à l’imagination de ce que pourrait être Toulon dans 15 ans, d’un point de vue d’ensemble aussi bien que quartier par quartier.

Voila notre vaste programme pour 2016, en espérant que Toulon @Venir continue à jouer un rôle important dans les orientations prises par nos décideurs avec pour objectif de faire en sorte que notre belle ville sorte enfin de son marasme et revienne dans une dynamique progressiste.

Tel est le message que je voulais vous adresser en ce début d’année 2016.

En attendant, il convient de reprendre des forces, et je vous invite à partager la galette, non sans vous avoir adressé au préalable, de ma part et de la part de tous les membres du Conseil d’Administration, tous mes vœux les plus sincères pour cette nouvelle année.

Valentin Gies
Président de Toulon @ Venir