April 27, 2017

TER et LGV : un destin commun et un choix inéluctable

Moyen de transports employé par des milliers de salariés chaque jour autour de Toulon, le TER est un des enjeux les plus importants de la politique des transports varois.

La région PACA l’a bien compris en s’engageant à améliorer le nombre et la qualité des dessertes TER pour tendre d’ici quelques années vers un objectif : la mise en oeuvre d’un véritable Réseau Express Régional (RER) toulonnais. Ce RER permettra une desserte entre Marseille et Toulon à raison de 9 trains par heure aux heures de pointe (cf. documents RFF), nombre de ces trains étant prolongés vers l’Est Var et vers Hyères. Certains de ces trains seront omnibus, d’autres seront semi-directs.

Cette volonté de développer le TER est fondamentale pour améliorer les déplacements dans notre département et en particulier dans l’aire toulonnaise. Toutefois, le développement du TER ne va pas sans poser des difficultés.

La ligne actuelle entre Marseille et Toulon est aujourd’hui quasi-saturée
, entraînant régulièrement des retards pour les usagers. Il est évident qu’à raison de 9 TER à l’heure, qui plus est fonctionnant à des vitesse différentes, il sera demain impossible de faire circuler ne serait-ce qu’un seul train rapide (ex-Corail) ou TGV sur la ligne existante aux heures de pointes, ce qui est bien entendu inenvisageable pour une agglomération de 450 000 habitants, 9e de France.De manière évidente, le développement du réseau TER ira donc de pair avec la création d’une nouvelle infra-structure de transport ferré avec deux options majeures à terme : le passage à 4 voies de la ligne existante ou la création d’une ligne nouvelle. Cette nouvelle infrastructure entre Toulon et Marseille sera nécessaire dans tous les cas, même en cas d’abandon de la LGV ou de construction de celle-ci le long de l’A8 dans le Moyen Var, choix qui ne résoudrait rien.

La véritable question est donc aujourd’hui de savoir quel est le tracé le moins coûteux  le moins destructif pour l’environnement et l’habitat pour construire cette infrastructure qui permettra de faire un réseau de TER efficace et utile pour les habitant du Var, la solution de ne rien faire n’étant pas envisageable à terme entre Marseille et Toulon.

 

C’est dans cet esprit que tous les acteurs du projets (citoyens, collectivités, élus et associations) doivent travailler. 

Valentin Gies

Président de Toulon @ Venir