October 18, 2017

Propositions pour le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) de l’aire toulonnaise

Propositions de Toulon @ Venir concernant le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) de l’aire toulonnaise

[wpfilebase tag=file id=22 tpl=simple /]

[wpfilebase tag=file id=21 tpl=simple /]

  1. Indiquer l’origine, la composition et la quantité des divers polluants exogènes impactant l’aire Toulonnaise. Préciser leur importance par rapport aux polluants endogènes, notamment concernant l’ozone.  (p.62) Cette évaluation permettrait de relativiser ce phénomène souvent présenté à tort, à Toulon, comme de première importance et invoqué parfois pour justifier un manque d’ambition en matière de lutte contre la pollution atmosphérique.
  1. Inclure explicitement les modes doux de déplacement dans le tableau 7 «  Estimation des gains sectoriels et par polluant liés aux actions du PPA. (p.68). Il ne faut en effet pas négliger l’impact positif, en matière de pollution atmosphérique, attendu d’un développement des déplacements à bicyclette.
  1. Afin de réduire le nombre et la fréquence des déplacements motorisés en milieu urbain, renforcer l’attractivité commerciale de la ville centre de l’agglomération Toulonnaise et des centres urbains périphériques au détriment des zones commerciales excentrées, conformément aux préconisations du Scott.
  1. Préciser que  « Imposer des actions de maitrise de l’urbanisation pour limiter l’exposition des populations dans les zones présentant des dépassements des valeurs limites en oxydes d’azote et particules ( NO2 / PM), notamment pour l’implantation à proximité des grands axes routiers », ne concerne pas les grands axes urbains non autoroutiers. (p.81). Il est en effet nécessaire de densifier la ville pour éviter l’étalement urbain implique une densification le long des grands axes urbains où l’utilisation de l’automobile doit être limitée au bénéfice des transports en commun électriques et des modes doux.
  1. Imposer une analyse détaillée des flux de transports, différenciés par mode (automobile, transports routiers, transports en commun) et les émissions polluantes associées non seulement pour les nouveaux projets mais pour la situation actuelle. (p.83)
  1. Les PDU ne doivent pas se limiter à préconiser le développement de réseaux urbains de pistes cyclables mais aussi de parcs de stationnement pour les deux roues et de systèmes de location de bicyclettes type vélib. (p.88)
  1. Exploitation par une autorité indépendante d’Escota de l’observatoire de la qualité de l’air mis en place par cette société sur le réseau concédé. (p.102)
  1. Intégrer dans les actions réglementaires du PPA les actions volontaires suivantes :
  • Promouvoir des formes urbaines plus denses, en lien avec les projets de transport en commun structurant dans le soucis d’éviter l’étalement urbain, notamment dans les documents d’urbanisme ( Scott et PLU).
  • Encourager le développement économique et démographique des pôles urbains bien desservis en transport collectif.
  • Valoriser les modes de déplacement alternatifs à la voiture en développant la complémentarité entre les modes actifs et les transports collectifs.
  • Renforcer la cohérence entre la programmation des projets de développement urbain et celle des projets de transports collectifs en site propre. (p.104)
  1. Intégrer dans les actions réglementaires du PPA les actions volontaires suivantes destinées à favoriser le  développement des déplacements actifs par :
  • L’élaboration de schémas directeurs des itinéraires cyclables et piétons.
  • La structuration des itinéraires cyclables facilitant leur lisibilité, la mise en place d’un maillage au niveau du territoire et la sécurisation des itinéraires.
  • Le renforcement des services et des supports de communication à destination des usagers, permettant de rendre le service pérenne et attractif. (p.100)
  1. Préciser les objectifs d’amélioration de la desserte de Toulon par les TER en provenance de l’ouest de l’agglomération  ainsi que de Hyères et du moyen Var, en conformité avec les prévisions de de l’étude Var 2030. (p.108)
  1. Intégrer dans les actions réglementaires :
  • Le branchement des navires à quai sur le réseau électrique. Cette disposition aurait pour conséquence directe une réduction importante de la pollution liée aux ferrys et paquebots de croisière qui laissent leur moteurs fonctionner durant les escales.
  • L’incitation des usagers de la base navale à utiliser les transports en commun (mise en place d’une ligne de bus interne à la base, ouverture d’une liaison maritime entre La Seyne et la base navale).
  • La fluidification du trafic à l’entrée de la base (ouverture d’une voie d’accès supplémentaire à la porte Malbousquet, séparation des voies voitures/ motos : bicyclettes).
  • Incitation des usagers à l’utilisation des modes doux par la mise en place de vélos en libre-service et la création de pistes et d’itinéraires cyclables continus.
  • La promotion du covoiturage. (p.114).
  1. Intégrer dans les actions réglementaires l’obligation pour les collectivités territoriales :
  • De rendre publiques (open data) toutes les études et enquêtes ayant un effet direct ou indirect sur les émissions de polluants atmosphériques.
  • D’expliquer leurs politiques de mobilité durables par rapport à leurs objectifs de qualité de l’air.
  • D’ encourager la pratique des modes actifs. (p.130)