January 19, 2019

La Métropole « vue de notre fenêtre »

 

Toulon @ Venir a reçu ce point de vue de deux citoyens, et a pensé utile de le partager sur son site.

LA METROPOLE VUE DE NOTRE FENETRE 

Point de vue de deux citoyens métropolitains

Cela fait un an que TPM est devenue une « métropole ». Vu de notre fenêtre de citoyens pradétans, ce passage en métropole laisse perplexe sur bien des plans.

POURQUOI PASSER EN METROPOLE ? En lisant journaux et déclarations, on avait le sentiment qu’on y allait parce qu’il fallait le faire, que c’était en quelque sorte une question de standing. Grâce à des compétences renforcées, TPM allait s’affirmer à côté des métropoles niçoise et marseillaise, peser plus à l’échelle nationale et internationale. A l’époque nous avons eu un doute : en quoi un changement de statut juridique augmenterait notre poids face à Nice ou Marseille ? Nos atouts et nos faiblesses restaient inchangés… 

On s’est dit finalement que le pourquoi du comment, c’était comme toujours le nerf de la guerre : l’enjeu était de récupérer une dotation majorée de l’Etat. En 2018, nous aurons reçu 47 M€ c’était 40 si nous restions en Communauté d’agglomération. Bon, 7 M€, ce n’est pas négligeable mais c’est de peu d’enjeu par rapport à un budget de 740 M€ : 0,95 %…

APRES LES TRANSFERTS DE COMPETENCEon pouvait se demander ce qui resterait à faire pour notre municipalité, juste l’état-civil, les listes électorales et les cimetières ? Non, un peu plus quand même, le social (CCAS, Résidence municipale  pour personnes âgées), les écoles, la culture et les sports, les espaces verts, la police municipale et le marché hebdomadaire. Mais pour l’entretien de la voirie et les nids de poule, ce n’est plus ici.

En plus les responsables ont décidé d’avancer à très petits pas. Tout un tas de compétences supposément transférées à TPM ont tout de go été reconfiées aux communes. Toute cette année 2018, la métropole a été pour large partie gérée par les communes avec un système de refacturations. Lors du vote de la convention TPM-commune, un élu d’opposition a déclaré : la métropole ce n’est que de l’affichage pour le moment, on passe une délibération pour dire : on ne sait pas comment on va le faire, avec qui on va le faire. On ne sait pas où on va… mais on va le faire… On ne saurait mieux dire. 

En fin d’année, des transferts de personnel ont été votés pour application en 2019. On avait parlé de 3 ou 4 grands secteurs de gestion, apparemment ce sera une « agence métropolitaine de proximité » dans chaque commune. Tout changer pour que rien ne change ?

A LA RECHERCHE D’UN ESPRIT METROPOLITAIN.

On se disait naïvement, l’union fait la force, des commandes regroupées permettent l’obtention de meilleures conditions des fournisseurs, il y aura des économies d’échelle et de la solidarité intercommunale. En lisant les déclarations des responsables, on est saisi de surprise. On entend le patron de la Métropole déclarer urbi et orbi « Il n’y a pas de supermaire dans la Métropole, chaque maire reste maître chez soi, la commune va continuer à gérer son eau potable, son PLU et formulera ses projets d’investissements ». On imaginait qu’on sortirait du saupoudrage pour affirmer des axes et des actions prioritaires. Que nenni ! Le futur PLU intercommunal sera plutôt la juxtaposition de 12 petits PLU autonomes… 

SERAIT-CE UNE QUESTION DE CALENDRIER ELECTORAL ? Il y aurait bien du travail à mener pour construire la Métropole en termes de gouvernance, d’organisation des services et d’harmonisation de divers tarifs et barèmes. Vu de notre fenêtre, on sent bien que les prochaines municipales sont déjà dans les têtes. D’ici, là, pas de vague, pas de prise de risque. Alors peut-être que la gestion de l’eau n’est pas la même ici ou là, mais on ne va trop s’en préoccuper d’ici 2020. Peut-être qu’il faudrait harmoniser les taux de telle ou telle taxe mais pas tout de suite. 

Peut-être qu’il faudrait évoluer vers un vrai PLU métropolitain, mais alors on verra vers 2022/23…

La question d’un périmètre élargi de la métropole suite à la demande d’adhésion des communes de la vallée du Gapeau ? A voir plus tard (nettement plus tard).

La question de la mise en place de conseils de secteur : à voir plus tard… Le nouvel organigramme des services de TPM avec une sectorisation en 3 ou 4 zones : peut-être que ça se trame mais sans que nous le sachions. 

La question du dialogue citoyens/associations avec les responsables élus : y aura-t-il une distance accrue ? A qui s’adresseront désormais les CIL ? Qui prendra le temps de les recevoir ? Où se fera le dialogue habitants-autorités ? Citoyens de la Métropole, attendez, vous le saurez un jour.

Est-ce que dans notre commune où les parkings publics sont gratuits, on va devoir payer comme à Toulon ou à Hyères ? réponse vers 2020/21…

Et les transferts de compétence, notamment de voirie, depuis le Département : peut-être que ça s’étudie mais alors dans le plus grand secret. Ça nous choque, on nous avait pourtant vendu la métropole sur une idée d’efficacité, finies les compétences enchevêtrées, les voies qui sont ici municipales, là du département et ailleurs de TPM. 

Toutes ces questions auront bien un jour leur réponse mais, on le pressent, pas avant 2020, en fait plutôt 2021/22… 

Terminons par une remarque : notre commune (un peu moins de 12.000 habitants) a 33 conseillers municipaux et 2 conseillers métropolitains. Puisque les choses désormais vont surtout se décider à l’échelon métropolitain, nous on préférerait 7 ou 8 représentants à la métropole quitte à diminuer le conseil municipal à 25.