February 16, 2019

:

Verbatim des débats du Conseil Métropolitain de l’année 2018. -

samedi, février 16, 2019

Institutions : des citoyens varois réclament plus de transparence -

samedi, février 16, 2019

Les exécutifs indifférents à l’open data ? -

mercredi, février 13, 2019

Lettre ouverte. -

mercredi, février 13, 2019

Conseils municipaux de la ville de Toulon. -

vendredi, janvier 25, 2019

A Toulon, l’inquiétante fumée noire des ferries. -

jeudi, janvier 24, 2019

Un cas parmi d’autres ! -

jeudi, janvier 24, 2019

Galette 2019 -

mardi, janvier 15, 2019

Palmarès des villes les plus embouteillées -

jeudi, janvier 10, 2019

Comment voyez-vous la Métropole ? -

mercredi, janvier 2, 2019

« La Marseillaise » vivra dans le Var.

Diffusion

Après des semaines d’incertitude et de négociations, la parution de notre journal sera maintenue dans le Var.

La CGT des personnels de « la Marseillaise », qui a obtenu la préservation des deux emplois correspondants, propose désormais de travailler à un produit éditorial porteur.

TOULON

Des chèques et des messages dans la boite aux lettres des Amis de la Marseillaise depuis le lancement de la souscription « Opération Var»* il y a 15 jours. Celui de Josette Lagadec, habitante de Toulon, résume avec force le sentiment de bien des lecteurs. « Si je décide de ne plus lire la Marseillaise c’est mon droit et ça n’impacte aucun autre citoyen mais là on m’empêche de lire la Marseillaise, c’est intolérable car nous sommes en démocratie. Je veux lire la Marseillaise ! Je veux lire la Marseillaise ! Je veux lire la Marseillaise ! Et je ne suis pas la seule. Et en plus on pénalise le Var ce département n’en peut plus de n’être rien. Le Var veut lire la Marseillaise », écrit-elle.

La voilà exaucée. À la suite de l’initiative lancée le 27 mars par la CGT des personnels de la Marseillaise, depuis la Bourse du travail de Toulon et de longues discussions avec la direction, le maintien de la diffusion de notre journal dans le Var et la préservation des deux emplois concernés ont été confirmés vendredi.

Un élément positif important malgré la non-satisfaction d’autres revendications.

Cette décision qui, dans un premier temps, consistera au maintien de pages varoises dans les éditions quotidiennes doit ouvrir la voie à l’élaboration d’un « produit éditorial porteur » dans ce département qui pourrait prendre la forme d’un hebdomadaire, estime la CGT des personnels.

Serge Baroni, président de l’Association des Amis de la Marseillaise se réjouit : « Une bataille est gagnée mais pas la guerre. » Il appelle à amplifier l’élan de solidarité et l’effort de réflexion pour inscrire durablement la Marseillaise dans le Var.

Un appel précédé par l’UD CGT et la fédération PCF qui apportent chacune 1 000 euros à la souscription. Cette dernière, dans une déclaration de soutien « engage ses sections et ses adhérents à participer à la hauteur de leurs possibilités ». Un engagement qui ne date pas d’hier car elle a « à plusieurs reprises pris en charge financièrement 1 000 Marseillaise et engagé de larges diffusions pour faire connaître le journal », rappelle-t-elle, « convaincue que le développement du journal est possible. Pour cela il faut s’appuyer sur un choix politique : un journal de gauche qui corresponde aux attentes pluralistes des militants du changement, des organisations humanistes et progressistes tout en restant un vrai journal d’information ».

Léo Purguette

* Envoyez vos dons à l’adresse : Amis de la Marseillaise, 84 bis vieille route de la Gavotte 13170 Les Pennes Mirabeau. Libellez vos chèques à l’ordre de Presse et pluralisme-La Marseillaise (déductible d’impôts à hauteur de 66%) et spécifiez au dos « Opération Var ».

LMRS du 07042018