June 25, 2018

La Marseillaise – Mobilisation générale dans le Var

Mobilisation générale dans le Var

Soutien

A l’initiative de la CGT « la Marseillaise », lecteurs, associatifs ou syndicalistes se sont réunis mercredi à la Bourse du travail pour évoquer la situation du journal. Profondément attachés au titre, les Varois lancent un appel solennel à son maintien dans le département.

TOULON

La Marseillaise, ils y tiennent. Et viscéralement. A l’issue d’une réunion d’information organisée par la CGT la Marseillaise sur la situation du journal mercredi soir à Toulon, en présence de Serge Baroni, président de l’association les Amis de la Marseillaise, associatifs, militants, syndicalistes, tous lecteurs, ont décidé d’une action forte : rien de moins qu’une mobilisation générale.

« Nous, lecteurs de la Marseillaise, habitants du Var, réunis à Toulon mardi 27 mars 2018 lançons un appel solennel » écrivent-ils. Une adresse tout d’abord à la direction du journal « pour qu’elle entende l’exigence qui s’exprime dans notre département de voir la Marseillaise poursuivre sa mission d’information sous la forme d’un journal hebdomadaire départemental. »

Les Varois interpellent également les « élus, collectivités et pouvoirs publics du département qui, attachés au pluralisme de la presse, doivent passer aux actes pour qu’il vive dans le Var. »

Enfin, ils s’adressent « à la population, aux citoyens du Var qui savent l’utilité de la Marseillaise pour rendre compte de leurs vies et des batailles progressistes qui animent notre territoire. »

Autre initiative née de cette rencontre, la mise en place d’une souscription dédiée. Pour que chacun participe à l’élan, « à hauteur de ses moyens. »*.

Il n’aura de toute façon pas fallu bien longtemps pour que les nombreux participants à cette rencontre conviennent de l’urgence de la situation. « Nous sommes là pour trouver ensemble des pistes de réflexions » pose Emilie Parente, responsable de la CGT la Marseillaise, rappelant qu’un plan de suppression de 44 postes était en cours et qu’une nouvelle audience aurait lieu en mai au tribunal de commerce. Un calendrier serré.

« Ou on agit maintenant ou c’est mort » « Il faut prendre acte de quelque chose de fort, provoquer un électrochoc. Ou on agit maintenant ou c’est mort ! » lance Madeleine Brun, militante associative au sein de l’association Toulon avenir et du collectif tramway.

Dans cette partie particulièrement difficile à jouer pour le journal, échaudés par les précédentes réductions de personnels au sein de la rédaction toulonnaise qui se résume aujourd’hui à deux journalistes, les lecteurs varois veulent être une pièce essentielle de l’échiquier.

« Nous ne sommes pas seulement des lecteurs mais des partenaires » insiste Olivier Masini, secrétaire général CGT de l’UD83, « on a tous envie que l’aventure de la Marseillaise se poursuive mais derrière, il faut un projet construit. »

Un projet à la hauteur des attentes de ces lecteurs qui n’ont eu de cesse de remercier la Marseillaise d’exister et de souligner le travail de la rédaction. Telle Danielle De March, militante PCF et écrivaine : « qui ouvrira des brèches dans la conscience des gens si la Marseillaise disparaît ? »

Mireille Roubaud

  • Pour envoyer un don, l’adresser à : Amis de la Marseillaise, 84 bis vieille route de la Gavotte 13170 Les Pennes Mirabeau.
  • Libeller les chèques à l’ordre de Presse et pluralisme-La Marseillaise (déductible d’impôts à hauteur de 66%) et spécifiez au dos « Opération Var ».

LMRS_Reunion_20180327