August 21, 2017

Le super-bus est sur les rails

 

 VM   du Samedi 13 février 2016 – article rédigé par Christophe GAIGNEBET

Le super-bus est sur les rails

Les élus de l’agglomération ont donné hier le coup d’envoi de la procédure qui doit permettre de réaliser une « bus à haut niveau de service » entre La Seyne et La Garde à l’horizon 2019.

« Il n’y aura pas de tramway ». Pas de scoop, pas d’annonce fracassante, hier matin, au conseil communautaire de Toulon Provence Méditerranée (TPM). Les (presque) deux heures d’échanges ont surtout permis aux uns et aux autres de rappeler leur point de vue sur la question du transports dans agglomération.

A commencer par le président. Au-delà du débat technique sur les avantages comparés du tramway et du bus à haut niveau de service (BHNS), Hubert Falco s’est surtout attaché à démontrer sa constance dans le dossier. « Excusez-moi de mettre en place les projets pour lesquels on a été élu », a martelé le maire de Toulon.

 

Une décision « pragmatique »

Si la déclaration d’utilité publique de 2005 mentionnait bien un tramway, c’est bien la création du B.H.N.S. qui se trouvait dans les programmes électoraux en 2008 comme en 2014. Sur le fond, Hubert Falco évoque des rapports d’experts, des articles de presse défavorables au tram et présente une liste de communes qui ont fait le choix du BHNS. « Notre avis est basé sur la raison, sur des considérations techniques et économiques », a résumé le président de T.P.M., avant de céder la parole à ses collègues. Qui ont largement abondé dans son sens.Jean-Pierre Giran (Hyères) a salué une décision « pragmatique » et s’est réjoui que le BHNS puisse (un jour) rejoindre sa commune, ce qui n’aurait pas été le cas du tram. Satisfaction partagée par Christian Simon (La Crau) ou encore Gilles Vincent (St-Mandrier) qui en a profité pour rappeler son attachement au développement des navettes maritimes.

Davantage sur la réserve, Christiane Hummel (La Valette) et, dans une moindre mesure, Marc Giraud (Carqueiranne) ont exprimé leurs doutes sur un tel chantier, au vu du contexte économique.

Seul maire socialiste de l’agglo. Marc Vuillemot n’a pas caché sa préférence pour le tram. « Mais ici je ne suis qu’un douzième, a ironisé le Seynois. Il faut être cohérent avec l’orientation générale, on a besoin d’une dorsale, d’une ligne structurante ».

Le lancement de la concertation sur le projet de transport en commun en site propre a finalement été voté à la majorité. Seuls les élus du Front national se sont prononcés contre.

CHRISTOPHE GAIGNEBET (cgaignebet@varmatin.com)

Le Projet

* Tracé : « Le projet s’étend sur 20 km environ, entre la gare de La Garde et le centre-ville de La Seyne », peut-on lire dans la délibération votée hier. Cette dernière mention a été modifiée à la dernière minute. Le projet initial limitant le tracé au niveau de la garde de La Seyne.

* Calendrier : aucune date n’a été dévoilée hier, mais à l’issue de la séance, le vice-président de TPM Yannick Chenevard a précisé que la concertation aurait lieu à partir du printemps. Si la déclaration d’utilité publique arrive à son terme en 2017, un premier tronçon entre le pôle universitaire de Toulon centre et le technopôle de la Mr (Ollioules) pourrait être mis en service en 2019.

Plan de déplacement urbains : pour Yannick Chenevard, un bilan positif sur (presque) toute la ligne.

Toulon-Provence-Méditerranée planche sur son nouveau Plan de déplacements urbains (PDU), un document qui fixe les priorités et les objectifs concernant la politique de déplacement dans l’agglomération. Mais d’élaborer les orientations pour les dix prochaines années, il convenait de dresser un bilan du précédent document qui courrait sur la période 2005-2015. L’occasion pour le vice-président en charge dans l’autosatisfaction. « Sur les 120 actions et objectifs fixés, 82 % ont été atteints », a commencé l’élu, avant de dérouler une avalanche de chiffres. « Fréquentation des bus en hausse de 60 % depuis 2002 », « 30 000 000 de voyageurs en 2014 » , « 90% de la population résidant à moins de 40 mètres d’un arrêt ». Sans oublier la réalisation du second tube du tunnel ou encore la mise en service des parcs de stationnement en périphérie.

Service « pas à la hauteur » pour le FN

Sans surprise, on sent moins d’enthousiasme depuis les bancs de l’opposition. « Votre rapport est discutable, incomplet et peu convaincant, a balayé Jean-Yves Waquet pour le groupe Front national (FN). N’oublions pas que l’objectif principal du précédent PDU était la réalisation d’une ligne de tram. » Si l’élu frontiste reconnaît des points positifs (ligne U…), il déplore des coûts d’exploitation trop importants par rapport à la réalité du réseau. « Le service n’est pas à la hauteur d’une agglomération de 450 000 habitants. Il faut proposer une offre plus performante », à conclu l’élu FN. Une offre qui peut être qu’un tram sur rail selon lui.

A l’autre bout de l’hémicycle, les conclusions de Guy Rebec ne sont pas très éloignées. Pour sa première séance au conseil communautaire (1), l’élu écologiste toulonnais a effectué une longue intervention. « TPM est en retard et les objectifs sont loin d’être réalisés ! Nous sommes la seule agglomération de plus de 300 000 habitants sans transports en commun en site propre. La part du transport stagne à un taux très inférieur aux autres communes ». Après avoir redit sa position en faveur du tram, l’élu a appelé de ses vœux le développement des pistes (et non des bandes) cyclables et la mise en place d’un réseau de type Vélib.

« Vous êtes cohérent avec votre programme de 2014 qui vous permis d’obtenir le score que l’on sait’, a grincé Hubert Falco, avant de laisser la parole à Yannick Chenevard. « vous regardez le verre à moitié vide, nous voyons les choses différemment, a positivé le vice-président.

Notre taux de réalisation est exceptionnel et nous avons, parmi nos pistes cyclables, des tronçons qui font partie des plus utilisés de France.

(1) Il remplace Robert Alfonsi qui a démissionné de ses mandats, fin 2015.

C’est dit

 » Si on avait fermé pendant deux ans le boulevard de Strasbourg pour des travaux, je ne serais pas là aujourd’hui. »

Hubert Falco, à propos des nuisances qu’aurait engendré la réalisation d’une ligne de tram dans le centre-ville de Toulon.

« Méfions-nous des experts. A Ollioules, ils nous annonçaient 2,5 km de bouchons avec l’arrivée de DCNS. Résultat : il n’y en a pas. Les mauvais jours, il y a peut-être 200 mètres… »

Robert Bénéventi, maire d’Ollioules.

« Si Falco avait été pour le tram, certains seraient aujourd’hui pour le bus. »

Le maire de Toulon, rappelant qu’à Avignon l’équipe de gauche nouvellement élue portait un projet de BHNS.

« J’entends et je lis que nous n’avons pas utilisé le versement transport comme il faut. Mais dans son rapport, la chambre régionale des comptes ne dit rien là-dessus ! »

Hubert Falco, au sujet de critiques formulées par des associations qui estiment que la majoration de cette taxe a été indûment prélevée, puisque la somme collectée devait financer les travaux du tram.

L’annonce

« Dans moins d’un an l’A 57 sera portée à trois voies, ce qui permettra de supprimer ces faux abominables à la sortie de Toulon », a indiqué H. Falco.

Le principal enseignement du conseil communautaire concerne paradoxalement la circulation automobile. Dès l’automne 2016, Escota devrait lancer des travaux visant à l’élargissement de l’autoroute dans le sens Toulon-Hyères. Celui-ci permettra de circuler sur trois voies jusqu’à la sortie 4 « Les Fourches » (qui dessert notamment Darty).

Var Matin du 13_02_2016