October 18, 2017

La Marseillaise du 30 janvier 2015. L’association citoyenne présentait hier ses vœux à ses adhérents, à l’antenne de la Région, à Toulon.

logo la marseillaise du 30 janvier rédigé par Thierry Turpin

S’interroger sur son engagement en faveur de la République.

Valentin Gies, le président de l’association citoyenne Toulon@ Venir s’adressait mercredi soir à ses adhérents dans la salle de réception de l’antenne de Région. Des voeux empreints de retenue, de dignité et d’appel à continuer l’engagement en faveur de la démocratie, que cela soit au niveau associatif, syndical ou politique.

« Cette semaine historique de janvier aura marqué à jamais l’Histoire de France, mais aussi et surtout celle de la Démocratie avec un grand D », explique-t-il avec émotion. « Au-delà de l’horreur », il dit souhaiter retenir « cette ferveur populaire qui s’est spontanément rassemblée et mise en ordre de marche ». Pas question pour lui donc, en cet instant, d’égrener les combats déjà menés et ceux à poursuivre.

« Après l’exaltation citoyenne qui a suivi, après les moments de véritable fraternité et de citoyenneté que nous avons vécus ensemble, beaucoup de choses nous semblent dérisoires ou a minima moins importantes que ce qui s’est passé ces derniers jours. »

Pas de rétrospective donc. Mais le militant associatif invite chacun à se questionner quelques instants sur son implication dans la société, au quotidien. « Cette déferlante de fraternité et de vivre ensemble est assurément venue combler un manque, un manque cruel, un manque ressenti par beaucoup dans notre société, un manque qui date de bien avant les attentats de janvier 2015. »

Soulignant ensuite l’élan de solidarité qui s’est manifesté dans le pays, il interroge : « Va-t-on repartir chacun chez soi, seul, à se dire que finalement rien n’a vraiment changé, que la société ne fait pas de cadeau et qu’il ne faut que compter sur soi pour s’en sortir ? »

Il invite, au contraire, à « cultiver concrètement et simplement, chacun à son échelle, son engagement en faveur des valeurs de la République ». Dans un développement sur lequel on ne fera pas l’impasse, il explique que « cela passe par de petites choses, à commencer par acheter le journal ou s’y abonner… »

« Le meilleur moyen de garantir l’indépendance de la presse c’est d’acheter son journal régulièrement. C’est avant tout un acte citoyen. » Pas question, bien entendu, de bouder ce genre de propos. T.T.