April 29, 2017

La Marseillaise – Toulon@venir se mobilise avec le collectif départemental pour le droit au logement.

La Marseillaise – 16 février 2012
« Un toit pour tous : un droit »… à conquérir
La campagne de sensibilisation pour la réquisition des terrains publics afin de construire des logements sociaux se poursuit ce jeudi soir au cinéma Le Royal, à Toulon.
Lundi 11h00, devant l’hôpital Font-Pré.
Pendant que les SDF qui ont « élu domicile » ici tentent de se protéger de la froidure matinale…
Le collectif, pour le droit au logement lance ce matin devant la presse une campagne de sensibilisation pour réclamer la réquisition des terrains publics disponibles, afin d’y construire du logement social accessible à tous. Logement social qui – est-il encore besoin de le rappeler ? – fait cruellement défaut par ici.
Et le lieu choisi pour la rencontre d’aujourd’hui est loin d’être anodin. Avec le transfert en cours de l’établissement public sur Sainte-Musse, ce sont ici près de six hectares qui vont en effet se retrouver prochainement libérés.
Ce qui, nécessairement, ouvre la voix à quelques interrogations citoyennes bien légitimes, quant à leur utilisation et leur devenir.
« C’est pas le froid qui tue, mais la pauvreté »
D’autant que l’aire toulonnaise, c’est bien connu, manque cruellement de foncier.
C’est en tout cas ce que n’oublient pas de mettre en avant les municipalités UMP de l’agglo’ dès lors qu’ils se retrouvent épinglées sur le sujet par leur opposition de gauche, avec des réponses dans le style : « Je voudrais bien, mais je ne peux point ! ». Hubert Falco en tête. Et faire passer ainsi dans leur camp l’amère pilule de l’illégalité.
La loi SRU (obligation de 20% de logements sociaux) n’étant tout bonnement pas appliquée.
Bref, l’enjeu est donc ici, une fois de plus, tout simplement énorme. « Il faudrait construire 4 000 logements sociaux par an pendant dix ans pour combler le retard pris par l’agglo’. C’est une simple question de volonté politique. C’est pourquoi la CGT propose de faire émerger un service public du logement », rappelle bien à propos Jean-Louis Horon (CGT), pour le collectif départemental pour le droit au logement.
Collectif composé, pour mémoire, d’associations de locataires et consommateurs (CLCV, CNL), d’organisations syndicales (CGT, Solidaires, FSU, CFDT), d’associations d’insertion et d’aides aux plus démunis (Secours Populaire, ANAS 83, Logivar St Louis), d’associations citoyennes (LDH , Attac, FOL, MALTAE), de partis politiques (EELV ,PCF , PG, NPA, PS) et d’un bailleur du logement HLM (Terre du Sud Habitat La Seyne) auquel s’est associée la Fondation Abbé Pierre et Toulon@venir. « Nous organisons jeudi soir, au cinéma Le Royal à Toulon, une soirée ciné-débat sur le thème « Un toit pour tous : un droit« .
Elle débutera à 20h00 avec la projection du film « Louise Wimmer » de Cyril Mennegun. Soirée au cours de laquelle des accidentés de la vie qui ont eux-mêmes souffert en tant victimes du manque de logements, viendront « témoigner», rappelle le syndicaliste.
Lors de cette initiative citoyenne, le collectif présentera sa plateforme du logement pour le département comportant de multiples propositions visant à améliorer la situation de nombreuses familles en difficultés, certaines menacées d’ici peu d’expulsion – la trêve hivernale finit le mois prochain. Une date butoir toujours préoccupante, les chiffres continuent de parler en ce sens, car, comme le rappelle Hervé Curtillet, le président de la fédération varoise de la CNL, pas moins de « 700 familles varoises se sont retrouvées dehors en 2009 ».
« On lance un appel aux juges qui vont être amenés à prononcer ces expulsions, pour qu’ils rendent la justice au nom du peuple français », reprend-il.
Un appel à la clémence qui s’appuie sur une évidence sociale que le collectif tient à rappeler ce matin : « Ce n’est pas le froid qui tue c’est la pauvreté ».
THIERRY TURPIN