October 18, 2017

Hubert Falco : « Non, il n’y aura pas de tramway à Toulon ! »

La Marseillaise du Samedi 13 Février 2016 – article rédigé par

TPM. La politique des transports en commun à l’ordre du conseil communautaire de Toulon Provence Méditerranée ce 12 février, avec le bilan du PDU 2005-2015.

Hubert Falco : « Non, il n’y aura pas de tramway à Toulon ! »

Gros satisfecit de la majorité L.R., étiquette effectivement collée sur la quasi-totalité des sièges de l’assemblée communautaire de Toulon Provence Méditerranée.Yannick Chenevard, élu en charge des Transports, dresse ainsi un bilan « extrêmement positif », voire carrément « exceptionnel » quant à la mise en œuvre du Plan de déplacements urbains (P.D.U.) durant ces dix dernières années. Avec, selon lui, « 82% des objectifs atteints », ce qui érigerait le réseau Mistral en « premier réseau de transport terrestre, maritime et aérien [pour le téléphérique du Mont-Faron !] de France ». Un succès qui se traduit par une augmentation de la fréquentation de 60%, pour un service à des tarifs que même la Cour régionale des comptes a estimé « trop bas », ajoutera le maire de Toulon et président de T.P.M Hubert Falco. Il s’agissait donc pour les conseillers communautaires, ce vendredi 12 février matin, d’approuver le P.D.U. qui s’achève, après s’être prononcés sur l’exposé de son bilan. Ce, pour ensuite voter le lancement de la concertation de la nouvelle D.U.P. qui permettra de concrétiser le projet de Transport en commun en site propre (T.C.S.P.). La délibération sera adoptée favorablement à l’exception du groupe Front national qui se prononcera « contre », comme l’élu toulonnais E.E.L.V. Guy Rebec (remplaçant du PS Robert Alfonsi). Denise Reverdito et Cécile Jourda (élues E.E.L.V. de La Seyne) s’abstiendront.

La faute à « la configuration » de Toulon.

Alors qu’on se le dise : « Non, il n’y aura pas de tramway à Toulon ! C’est la volonté des élus qui ont été élus », a martelé Hubert Falco. Une mise au point dont il ne se privera pas durant une bonne partie de la séance, répétant à l’envi : « Nous sommes en démocratie, les citoyens ont voté », « J’ai été élu au premier tour avec 60% des voix en 2014 »… Et de souligner : « Notre programme de 2008 était clair : pas question de sinistrer la ville avant l’ouverture du second tube. » Et le maire de Toulon d’ajouter : « Si j’avais fermé le boulevard de Strasbourg pendant deux ans je ne serais pas là. »

La traversée souterraine est certes opérationnelle depuis pile deux ans, aussi après avoir également justifié le choix de privilégier le B.H.N.S. (Bus à haut niveau de service) au rail, par « la configuration de Toulon» l’édile lâchera-t-il : « On ne me fera pas faute avouer. Je n’ai pas été élu pour mettre en place le projet d’une association. »

Il fait ainsi référence à Toulon@venir, association militant pour un tramway, qui se montre très critique à l’égard de la politique des transports de T.P.M. : elle avait d’ailleurs dénoncé la D.U.P., le Tribunal administratif lui donnant gain de cause.

Bref, le sujet reste sensible quand bien même Hubert Falco jure n’avoir jamais été interpellé à ce propos « en réunion publique ».« On m’attaque parce que dans la D.U.P. de 2005, il y avait le mot « tramway » », se défend le président de T.P.M.. En outre, selon lui, « en 2002, le B.H.N.S. n’existait pas. »

Toujours est-il, fait remarquer Guy Rebec, que « T.P.M. est la seule agglomération de plus de 300 000 habitants à ne pas avoir de T.C.S.P. : ni B..H.N.S., ni tram’ ». S’il accorde que le bilan comporte « quelques points positifs » : un meilleur accès pour les personnes à mobilité réduite, l’amélioration du réseau maritime, les parking-relais et aires de co-voiturage… Il retient « le retard » pris, considérant que « les objectifs sont loin d’être réalisés » pour parler de « transports en commun efficaces et attractifs ».

Soit la première des « priorités »mentionnées dans le P.D.U. L.A.

M. Vuillemot : « Une démarche de développement économique »

Le maire de La Seyne Marc Vuillemot (PS) s’est peut-être montré un brin amusé d’être « le douzième maire », comme le président de T.M.P. a qualifié celui qui parmi les maires des douze communes de l’Agglomération se déclare favorable au tramway – le seul de gauche parmi ses pairs L.R.

Mais ce vendredi en conseil communautaire, il s’est aussi fendu d’un : « Merci d’avoir bien voulu modifier le projet de T.C.S.P. » Marc Vuillemot avait adressé un courrier à Hubert Falco, « lui demandant de bien vouloir reconsidérer le tracé de la future ligne dans son extrémité occidentale seynoise. » L’élu de la deuxième ville du Var avait en effet relevé ce qui n’était « certainement qu’un oubli aisément réparable » dans le descriptif du projet de relance d’une D.U.P. « en vue de disposer d’un cadre nécessaire à la réalisation d’un mode de transport collectif qui doit constituer l’épine dorsale des déplacements en mode soutenable de notre aire urbaine ».

Or, pointait-il : « Une lecture peut-être trop rapide de l’évolution des réalités territoriales semble avoir fait omettre des parties de notre aire métropolitaine qui, il y a plus de trente ans […], ne représentaient pas des sites à enjeux tels qu’ils le sont aujourd’hui. Je veux parler du Nord de la commune de La Seyne, du pôle de compétitivité mer au quartier des anciens chantiers navals. »

Le premier magistrat ne pouvait ainsi que se satisfaire de la prise en considération de sa requête : une délibération modifiée a été soumise au vote des élus. Celle-ci mentionne un tracé prolongé de 20 kilomètres, jusqu’à la partie Sud du site des anciens chantiers de sa ville. « Les intérêts de La Seyne sont pris en compte », a commenté Hubert Falco. « Nous sommes dans une démarche de développement économique. Je plaide vraiment pour un T.C.S.P. terrestre et maritime, avec un phasage réétudié [pour coller à la ligne budgétaire] et une logique intermodale», a précisé Marc Vuillemot.

La Marseillaise du 13_02_2016